• Crépuscule

     


    Aujourd'hui est un jour triste pour votre serviteur...Maman s'en est allée..vers le Paradis blanc. Elle est partie dans un souffle, sans douleur, a suivi le trajet du vent qui s'était infiltré dès proton minet dans la chambre afin de la séduire...J'ai bien essayé de la retenir mais son empreinte fugace a dénoué ma main pour suivre son doux ravisseur...me laissant seul face à sa chère enveloppe...

    Perdre une maman, quelle que soit la relation que l'on entretenait avec elle, est une chose terrible....Elle vous donne la vie et, en retour, on est incapable de la protéger de la Camarde...

    On voudrait la conserver...le temps de sa propre existence et partir...ensemble...

    Lamartine disait, je cite....un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ...mais comment s'arrêter à cette seule phrase lorsqu'il s'agit d'une mère à qui l'on doit la Vie. C'est tellement impersonnel...quelque peu sibyllin... Nous serions bien ingrats de penser qu'après tout...ce n'est pas grand chose....

    Je ne vais pas m'étendre sur ce sujet...la Mort n'aime pas les philosophes... mais je vais seulement citer une magnifique prière amérindienne....

     

     

    « Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !
    Laissez-moi partir
    Car j’ai tellement de choses à faire et à voir !
    Ne pleurez pas en pensant à moi !
    Soyez reconnaissants pour les belles années
    Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
    Vous ne pouvez que deviner
    Le bonheur que vous m’avez apporté !
    Je vous remercie pour l’amour que chacun m’a démontré !
    Maintenant, il est temps pour moi de voyager seule.
    Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
    La confiance vous apportera réconfort et consolation.
    Nous ne serons séparés que pour quelques temps !
    Laissez les souvenirs apaiser votre douleur !
    Je ne suis pas loin et et la vie continue !
    Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !
    Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serais là,
    Et si vous écoutez votre cœur, vous sentirez clairement
    La douceur de l’amour que j’apporterai !
    Quand il sera temps pour vous de partir,
    Je serai là pour vous accueillir,
    Absente de mon corps, présente avec Dieu !
    N’allez pas sur ma tombe pour pleurer !
    Je ne suis pas là, je ne dors pas !
    Je suis les mille vents qui soufflent,
    Je suis le scintillement des cristaux de neige,
    Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
    Je suis la douce pluie d’automne,
    Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,
    Je suis l’étoile qui brille dans la nuit !

                N’allez pas sur ma tombe pour pleurer
                 Je ne suis pas là, je ne suis pas morte. »

     

    ChrisDaniels21

     

     
    « En attendant......L'été de la peur II »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :