• L'été de la peur II

     

     

     

    Juillet...août...l'été des grandes vacances, des plages surpeuplées avec son étalage de chairs à moitié nues, parfois agréables, parfois adipeuses, dégoulinantes de protection solaire bon marché où se collent sable et macrocosme de toute nature....pas vraiment du goût de Mai et Richard même si la petite Jade s'amusait comme une folle. Cependant, ils n'avaient pas le choix. Moon et Chris leur avaient donné rendez-vous sur cette plage en début d'après midi pour discuter d'un projet de voyage hors des sentiers battus dont ils avaient le secret.

     

     

     

    Treize heures. Le soleil était au zénith et il commençait à faire terriblement chaud. Le sable était brûlant. Jade barbotait près du rivage dans l'eau à peine froide sous le regard attentif de ses parents. En élargissant le regard, on pouvait apercevoir des bateaux de plaisance ancrés au large derrière la barrière de récifs. Quelques baigneurs téméraires faisaient l'aller-retour jusqu'à la plate-forme placée à cent mètres sans se soucier de la présence éventuelle de squales qui s'enhardissaient jusqu'à la rive à cette époque de l'année.

     

     

     

    Venant du large, un léger vent de mer caressait leur visage d'impulsions légères et iodées, ce qui compensait l'attente forcée en plein soleil.

     

     

     

    Au détour d'une tour de garde, le couple apparut enfin, faisant crisser l'arénite d'une démarche souple et nonchalante.

     

     

     

    Moon avait revêtu pour l'occasion un deux pièces décent d'une immaculée blancheur faisant ressortir l'anatomie parfaite de son corps et le hâle eurasien de sa peau. Quant à Chris, comme à son habitude, il avait enfilé, sûrement à la hâte, un large short kaki de coupe anglaise qui descendait jusqu'au genoux, surmonté d'une chemisette hawaïenne aux tons criards, ce qui constituait un ensemble kitch... pas vraiment discret...Heureusement, les quelques mâles qui peuplaient la plage n'avaient d'yeux que pour la ravissante Moon, délaissant définitivement l'image un peu clownesque de son compagnon ; ils n'étaient pas les seuls....Mai et Richard, à cette apparition, ne purent s'empêcher de pouffer de rire.

     

     

     

    Richard entérina...

     

     

     

    -Toujours aussi discret...frangin !!!

     

     

     

    Chris maugréa quelques mots et à l'attention des regards qui le dévisageaient s'empressa d'effectuer quelques pas de danse façon Baloo que n'eut pas dédaigné un certain bonobo facétieux et lubrique de ses ancêtres cousins.

     

     

     

    A la vue de Moon et de Chris, Jade sortit de l'eau et ignorant la brûlure du sable sous son jeune épiderme, s'empressa de se jeter dans leurs bras en criant « Moucrisss ».... une façon bien à elle de

     

    rapprocher leurs prénoms sans avoir à reprendre son souffle...Futée et..pas bête !

     

     

     

    Richard aborda le sujet, d'emblée.

     

     

     

    -Alors...Chris...dis moi tout !

     

     

     

    -Tu ne vas pas me croire...Richard, mais j'ai trouvé notre prochaine destination....

     

    Il marqua un temps d'arrêt, tira sur sa chemisette. Il savait que laisser sa phrase en suspens trop longtemps agaçait son frère et souvent ce dernier partait au quart de tour en élucubrations orales dignes du capitaine Haddock. Ça l'amusait....il poussa le bouchon...

     

     

     

    -Tu as raison....il fait vraiment chaud...combien d'après toi ?

     

     

     

    -Je ne sais pas....38 ou 40 je crois mais...bon sang !...continues !....

     

     

     

    Richard commençait à s'impatienter. Chris le voyait lorsqu'il perdait patience..une veine frontale qui se gonflait au point d'exploser. Il arrêta le manège et reprit :

     

     

     

    -Tout doux, Richard...J'ai apporté une carte....attends...

     

     

     

    il sortit d'une poche latérale de son short, un dépliant qu'il étala sur le sable brûlant et pointant le doigt sur un coin de celle-ci désigna l'endroit de leur prochaine exploration.

     

     

     

    Richard se gratta la tête et regarda son frère.

     

     

     

    -Tu n'es pas sérieux... ?

     

     

     

    -Si....très sérieux. Ce coin est pratiquement inexploré et d'après mes sources, une hypothétique cité construite sur le modèle des cités précolombiennes serait encore recouverte par la jungle. Je sais...c'est une hypothèse émise par un naturel du coin de mes amis et plutôt fiable, ....il n'y a pas de fumée sans feu...que dis-tu de cela ?

     

     

     

     

     

    -Trois choses.... répondit Richard...et d'une...je ne peux pas amener Jade dans cette jungle, elle n'a que neuf ans...c'est du suicide....pas question....et deux, nous allons entrer dans cette fournaise humide sous la foi d'une hypothétique et ancienne cité qui doit être totalement submergé par la végétation depuis plus de mille ans.... si elle existe ! et trois....c'est totalement dingue....MAIS je marche. Restes à en parler aux femmes mais je pense qu'il n'y aura pas de problèmes à posteriori...seul hic...et de taille. Où et à qui allons nous laisser ma jolie fleur de lotus ?

     

     

     

    Pendant ce temps, Mai et Moon avaient terminé de parler chiffons et s'invitèrent à leur conversation....

     

     

     

    -Alors, les hommes....qu'avez vous manigancé ? Et où allons nous ?... S'écrièrent-elles, unanimes.

     

     

     

    -Nous nous sommes mis d'accord avec Richard commença Chris en pointant le doigt sur le dépliant...nous allons Là !

     

     

     

    Elles s'approchèrent et poussèrent un cri de stupeur.

     

     

     

    Une île vaste s'étalait sous leurs yeux ébahis

     

     

     

    -Vous êtes fous !...et dangereux....les hommes s'écria Mai

     

     

     

    Moon se contenta de dire...

     

     

     

    -Cinglés !...ils sont cinglés !....pas question !..nos hommes sont dégénérés ! nous avons des mâles dégénérés...grande soeur !

     

     

     

    Puis, elles s'éloignèrent vers les véhicules en emmenant Jade...L'enfant se retournait souvent car elle ne comprenait pas pourquoi elles étaient en colère et partaient sans eux.

     

     

     

    Richard et Chris les regardèrent s'éloigner puis ils s'allongèrent sur le sable brûlant sans un mot. Au bout d'un instant, Chris sortit un chewing-gum de sa poche, le mit dans sa bouche, regarda son frère et dit :

     

     

     

    -On s'en tire pas trop mal....frangin ! Ç’aurait pu être pire ! Tu ne crois pas ?

     

     

     

    La réponse du reporter fut rapide.

     

     

     

    -Affirmatif....frérot....affirmatif... et il tira le bord de sa casquette sur ses yeux en lâchant dans un soupir :

     

     

     

    ....vrai frangin..pire...mais y a pas à dire...elles ont raison...ON EST CINGLES !

     

     

     

    -Ouais !...on a intérêt à assurer !

     

     

     

    Et tous deux partirent d'un rire qui sonnait faux et qui cachait sans nul doute une tonne d'appréhension......

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'été de la peur 3

     

     

     

    Nous abordons l'archipel par vent de travers, un ris dans la grand voile. Le croiseur frappe l'écume. Le cap est encore invisible sous l'horizon et malgré une légère déclinaison du compas, nous sommes sur la bonne route. La mer change de ton, prend l'aspect d'une muraille d'un bleu foncé dans laquelle nous plongeons jusqu'à nous laisser porter dans une eau plus calme. L'après midi est bien entamée. Le Fulmar flotte maintenant sur une mer aussi plate qu'une paume de main, tirant des bords à travers un chapelet d'îlots d'aspect hostiles, recouverts d'une végétation verte, touffue mais remplie de chants d'oiseaux.

     

     

     

    L'île qui nous intéresse apparaît bientôt au détour d'un chenal. A sa seule vue, les filles appuyées sur le pataras frissonnent. Aucun son n'en sort. Pas le moindre signe de vie. Atmosphère troublante...angoissante perspective d'intrusion dans une végétation aussi dense que lugubre...Chris et Richard se regardent, le visage grave et après une seconde d'appréhension vite refrénée jettent l'ancre à quelques encablures d'une crique sablonneuse. Ils sont arrivés....autant continuer...pensent-ils.

     

     

     

    Mai a soudain une pensée pour Jade...dans quelle galère, les hommes allaient-ils les emmener ? Moon a reculé jusqu'au grand mât...elle ne sent pas cette aventure. Elle semble tétanisée, a du mal à respirer tant l'angoisse qui l'étreint la paralyse. Chris, la voyant si pâle, lui parle à l'oreille doucement, la rassure mais son regard ne fait pas de doute, il lui faudra du temps.....ou peut-être pas....

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Crépuscule »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :