• L'été de la peur IV

     

    Durant les premiers mètres, Richard remontait fréquemment à la surface afin de guetter le varan. Il savait que ce monstre surgi du passé pouvait être très rapide et la moindre inattention pouvait leur être fatale mais ce dernier restait fixé sur la plage, fouillant de sa longue langue son propre espace.

     

    A mesure qu'il se rapprochait du bâteau, Richard se sentait plus rassuré. Les autres avaient presque rejoint le Fulmar. Il continua à assurer sa brasse en profondeur.  A quelques mètres de la poupe, il remonta à l'air libre et jeta un dernier coup d’œil vers l'île. Un frisson le parcourut....le varan avait disparu.

     

     

    Mai et Moon avaient déjà gagné le pont. Chris s'apprêtait à les rejoindre lorsque Richard aperçut un sillon anormal à une vingtaine de mètres de lui. Il se laissa couler et aperçut distinctement l'ombre du varan qui s'approchait en louvoyant rapidement vers lui. Instinctivement, il serra le manche de son long couteau, se positionna, s'apprêtant à vendre chèrement sa vie lorsqu'un fait inattendu se produisit. La varan se trouva projeté en l'air comme par magie...mais la magie avait un nom, un requin et pas des moindres, un magnifique blanc. A titre de comparaison avec le reptile, Richard l'évalua à plus de cinq mètres. Il était gigantesque. Pas question de rester dans l'eau afin d'être l'arbitre d'un combat qui ne le concernait plus et qui allait être titanesque.

     

    Il gagna en quelques secondes l'échelle de coupée et monta sur le pont sans se retourner. Ce n'est qu'une fois dessus qu'il se retourna vers l'arène liquide. L'eau s'agitait tel un maelstrom, bouillonnante, remplie d'écume. La queue du varan fouettait l'élément dans tous les sens. Le squale avait refermé son énorme mâchoire sur sa gorge et le secouait comme un prunier. Richard ressentit plein de frissons le long de sa colonne. Il n'aurait pas voulu s'attaquer ni à l'un ni à l'autre dans cet élément qui n'était pas forcément le sien par nature.

     

    Ce qu'il ne comprenait pas, c'était comment un carcharodon de cette dimension avait pu gagner le chenal, connaissant le peu de tirant d'eau du croiseur.....néanmoins il remerciait le ciel qu'il l'eut fait.

     

    -Je pense qu'il s'est trouvé piégé dans ce chenal et n'a pas pu regagné la haute mer. C'est je crois la raison de sa présence ici...fit Chris, anticipant la question.

     

    Le frère de Richard avait cette particularité, cette faculté extraordinaire de venir à l'encontre des questions que se posait sur l'instant son frère comme une suite logique à ses interrogations, un lien indéfectible et spirituel souvent propre à la gémellité...mais ils n'étaient pas jumeaux, loin de là puisque sept années les séparaient...sept ans de réflexion avait dit leur père à la naissance de Chris.

     

    -Tu me l'enlèves de la bouche....se contenta de dire Richard comme pour clore le problème.

     

    Une heure plus tard, ils avaient atteint la haute mer et l'épisode de Komodo n'était plus qu'une vieille histoire....sauf pour leurs compagnes encore sous le coup de l'émotion...et très rancunières.

     

    En définitive, ils avaient décidé de rejoindre Sapé, histoire de calmer le jeu avant de continuer l'aventure vers Florès...si d'aventure, les filles revenaient sur leur décision de gagner la civilisation......

     

     

     

     
    « L'été de la peur V »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :