• L'été de la peur VI

    L'été de la peur VI

     

     

     

     

    Un jour de traversée de La Sonde ; la brise vient du sud-est, apaisante comme une main de marraine. L'ennui s'installe déjà dans le cockpit. Les filles sont allongées sur leur couchette. Chris est sur le pont, adossé à l'hiloire, le regard perdu dans l'immensité des étoiles. Difficile de faire plus calme après un tangage des plus houleux à proximité du détroit de Jakarta, apaisé par un alizée venu de l'embouchure de l'Océan Indien, après avoir dépassé l'île de Sanghyang. Un léger roulis ponctué de bruissements rassurants berce maintenant le voilier et semble agir sur leur mental, favorisant l'endormissement.

     

     

     

    La mer est d'huile. La lune diffuse des poissons d'argent en éclaboussures sur la crête des vagues. La main sur la bôme, Richard se plaît à contempler cet espace tranquille et apaisant. Il réprime un bâillement. Ils sont en plein équateur.

     

     

     

    Soudain, Chris bondit, tel un clown issu de sa boîte.

     

     

     

    -Richard !!....frangin !.. répète-t-il avec une voix plus étouffée en désignant le ciel.

     

     

     

    Richard, en tournant la tête, aperçoit l'espace autour de lui qui s'obscurcit ; il lève un regard qui se heurte à une masse sombre au dessus d'eux, une masse qui semble s'étendre, dévorant les paillettes d'argent à mesure qu'elle avance. Pas un bruit. Un silence de mort. La masse inquiétante glisse doucement le long du pont. Richard frissonne. Des réminiscences s'imposent en lui. Il sait en cet instant qu'il a déjà vécu ça...un souvenir qu'il avait presque oublié....

     

     

     

    1977, année de tous les dangers... Richard retrouve un épisode de sa vie où son esprit cartésien a ressenti une semblable émotion. Il était parti de Boston pour regagner une succursale de son journal à Chicago. L'appareil s'était stabilisé à 10000 mètres et trouvé sa vitesse de croisière lorsqu'il fut secoué comme victime de trous d'air, du moins le croyait-il. En se penchant vers le hublot, il aperçut des boules de lumière intense en formation anarchique, se déplaçant à très grande vitesse autour de l'appareil. Ces objets semblaient scanner l'intérieur du 747. L'une d'elles s'approcha tout près du hublot où se tenait Richard, tournoya un instant et disparut en un éclair. Ce dernier s'écria tout haut :

     

     

     

    ....je sais que je ne suis pas très beau...mais quand même, de là à s'enfuir en courant.....

     

     

     

    ce qui eut pour effet de dérider l'atmosphère autour de lui et chacun se prit à rire de cette amusante conclusion.

     

     

     

    Lors de l'atterrissage, le reporter se mit en quête des pilotes. Beaucoup de questions trottaient dans sa tête et il voulait en avoir le cœur net. Bien entendu, ces derniers furent en pleine et totale dénégation et ils abrégèrent le dialogue. Cependant, Richard, fin psychologue, ne fut pas dupe de leur volonté de concert, à cacher ce fait divers.... Il les comprenait aisément. Un tel témoignage...et ces anomalies, fussent-elles vraies ou farfelues, ne pouvait que nuire à leur futur avancement.

     

     

     

    Or, ce qu'il ignorait, c'est que les aiguilleurs du ciel de Boston en relation avec les pilotes lors du vol avaient décelé ces mystérieuses boules lumineuses sur leurs écrans de contrôle.....

     

    Mais à quoi bon chercher plus loin...

     

    Richard apprit bien plus tard que l'Armée de l'Air en partenariat avec la C.I.A et sur les ordres de la NSA avaient imposé leur veto, récupéré l' information et classé l 'affaire du Boeing 747 sans suite, prétextant comme origine, des phénomènes banals et naturels....comme d'habitude.

     

    Aussi, ne chercha-t-il pas à explorer plus profondément la question et tint pour acquit la conclusion de l'Armée.

     

     

     

    Pourtant, le reporter n'était pas né de la dernière pluie. Son expérience, ses différentes relations avec des personnes influentes, faisaient qu'il arrivait toujours à connaître un semblant de vérité dans tous les domaines liés à l'inexplicable et ce, même s'il demeurait un indécrottable sceptique......

     

     

     

    jusqu'à aujourd'hui où, lors d'un périple maritime autour des îles indonésiennes, il venait d'être mis en présence d'un objet volant.... à priori non identifié.

     

     

     

    « L'été de la peur VL'été de la peur VII »

  • Commentaires

    1
    Mardi 18 Août 2015 à 06:44

    Bonjour ChrisDaniel, je suis peu présente en ce moment mais j'ai lu ton article avec plaisir en ressentant le suspense ! Bon mardi, amicalement

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 22 Août 2015 à 21:17

     

    C'est vrai je n'étais plus très présente mais quel plaisir de vous retrouver tous! 

    Amitié pour toi ami!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :