• La distorsion II


     

     

     

     

     

     

    -on aurait dû prendre à gauche pour Vancouver !

     

    -je ne crois pas Lili...nous sommes sur la bonne voie...regardes le GPS... nous suivons toujours la 57 th avenue ...vers le nord...

     

    -arrêtes-toi...je vais demander à quelqu'un !

     

    -Lili...y a pas un chat ! Et l'itinéraire programmé est bon mais si tu insistes, Je vais plus loin et là, on s'arrêtera. D'ailleurs, j'ai besoin d'un remontant....un café par exemple!

     

    C'était toujours la même chose avec Lili...comme navigatrice, elle savait lire un plan mais pour le mettre en application dans sa tête...c'était autre chose. Je me suis toujours demandé si ses hémisphères changeaient parfois de côté suivant son humeur... et de ce fait, elle confondait droite et gauche....Mis à part ces petits soucis directionnels, elle était douée..pas besoin de GPS en ce qui la concernait car elle arrivait toujours à tomber pile sur la destination finale, un peu comme un sens de l'orientation...au radar...... allez savoir comment !

     

    Mais l'avenue couverte de platanes est bordée de maisons cossues ceintes de verdure. Pas un seul coffee bar à l'horizon. Alors nous avons continué. Un panneau indique 99...nous sommes sur la bonne route. Lili se renfrogne, ne pipe mot.

     

     

     

    Nous faisons une halte, afin de nous dégourdir les jambes, à hauteur d'un des nombreux lacs qui tapissent la région ; en regardant vers l'est, ce n'est que pics et monts dont le sommet est encore enneigé. Le paysage est sauvage, un peu dépouillé par la déforestation favorisant l'aménagement routier au détriment de la nature mais éclatant de lumière en ce milieu d'après-midi. De notre côté, celui de la Highway, s'étend une foret de sapins à perte de vue.

     

    Un petit coffee nous ferait du bien me répète-je.... et nous aurions pu avoir la chance de nous arrêter au prochain village..à condition de ne pas avoir loupé l'embranchement...ce que j'ai fait...400 mètres plus bas.

     

    Je me dis qu'après tout, je suis, moi aussi, un piètre observateur.....

     

    Soudain, à un détour de la 90, c'est le désert, la terre rase sur des kilomètres...la patrie des « ventilateurs », une armée de tripales en mouvement qui brassent l'air de leurs larges bras métalliques....

     

    -c'est plutôt stérile et inesthétique comme décor.... s'écrie Lili

     

    Comme je suis d'accord....

     

     

    Une heure plus tard et quelques kilomètres plus loin, après avoir longé d'immenses parcelles dénudées, travaillées et quelques lacs, nous parvenons à l'entrée du Tunnel George Massey qui passe sous la large rivière. Pas question d'avoir un accident sur ce tronçon à deux voies plutôt exigu car la marge de circulation est étroite...interdit aux claustrophobes...même si le tunnel ne fait que 500 mètres....

     

    Après le passage du fleuve Fraser par le Oak Bridge, nous abordons la banlieue de Vancouver, des kilomètres de petites maisons aux parcelles égales et délimitées. Nous entrons dans Vancouver nord en empruntant l'immense pont à huit voies qui enjambe Granville island

    et sa marina et longeons les avenues Drake et Hornby.

    Sur Georgia Street, nous passons au milieu d'immenses tours aux baies vitrées réfléchissantes qui bordent la marina de Coal Harbour et nous dirigeons vers le nord ouest pour gagner la côte. Au sortir de la ville, aussi loin que notre regard peut porter, nous replongeons dans l'immensité des forets canadiennes. Vancouver a convié la nature sauvage à sa porte. Délimitée en tronçons urbains, enclavée dans la nature sauvage canadienne, cette ville est tout simplement extraordinaire, une âme perdue entre la rigueur futuriste et l'univers humain même si quelque chose de froid ressort dans sa délimitation de rues, d'avenues rectilignes et dégagées dans laquelle sont noyées des îlots de petites maisons individuelles, alignées les unes à côté des autres sans petit jardinet.

     

    -On n'est pas sur la route de l'observatoire.... là !

     

    C'est la meilleure......

     

    -Tu ne m'as pas parlé de l'observatoire...lili !

     

    -Tu crois ?...ah bon !...

     

    Elle a oublié... En fait, il était prévu de nous rendre à Secret Cove pour récupérer son amie canadienne qui travaille à l'observatoire mais Lili vient de se souvenir qu'elle travaille jusqu'à 22 heures au Dominion

    donc il était inutile de continuer vers la côte...aussi nous dirigeons nous vers Victoria ...

     

    -c'est là qu'elle se trouve ! Dit-elle en posant le doigt sur son dépliant, un point situé au milieu de nulle part, entouré d'eaux et de terres à demi-immergées....

     

    -Ahhhh..bravo !? Fais-je, un peu déçu

     

    Le temps de rentrer les nouvelles coordonnées dans le GPS et nous voilà repartis en marche arrière. Qu'est ce que c'est 120 kilomètres ! ….une broutille...ironise-je

     

    A Point Robert, nous prenons le ferry qui serpente entre les îles Galiano, Maine, Prevost, Pender... une balade d'une quarantaine de kilomètres dans les chenaux où nous avons la chance d'apercevoir de magnifiques orques en surface...

     

    A Patricia Bay. nous accostons.

     

    En passant devant le yatch club, j'aperçois au loin le dôme blanc baigné par le soleil et perché sur le Mont Saanich.

     

    Le reste de la route se passe sans problème mais il est temps de poser nos valises....Lili tombe de fatigue.

    Je le vois à ses yeux qui clignotent de temps en temps et qu'elle a du mal à garder ouverts....Paradoxalement, Je la sens surexitée de pouvoir vérifier l'authenticité des photographies que lui a fourni son amie mais trop lasse pour pouvoir en apprécier la véracité...si véracité il y a.

     

     

     

     

    Ce n'est pas le Mont Palomar, ni l'observatoire du Pic du Midi mais celui de notre amie Colleen a du charme. Victoria Observatory est beau comme un sou neuf malgré son grand âge. Éclatant de blancheur, serti en son centre des armoiries de la couronne britannique reconnaissable au blason tenu par un lion ceint d'une couronne d'un côté et d'une licorne enchaînée de l'autre côté...il en jette un maximum !

     

    •  Ah ! French my friends! You're finally here ! Je attendais vous depuis longtemps !

    Colleen....un petit bout de femme d'un mètre cinquante, au physique agréable et des yeux pétillants constamment en mouvement...que c'en est presque risible..mais ne nous moquons pas...elle a des avantages que nous n'avons pas....la forme...par exemple !

     

     
    « La distorsion ILE TROU DE VER »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :