• Ti-Albert

     

     

     

    Ti-Albert

     

     

     

    L'alizé léger et transparent qui enveloppait l'atoll était chargé du parfum des abutilons qui flottait comme un brouillard invisible, tombant sur eux comme un sommeil léger. Il était temps de repartir. De gros nuages chargés approchaient à grande vitesse et le Havilland tanguait devant l'assaut répété des mini vagues.

     

     

     

     

     

    -Piste de Grand Baie... ! Ici FA 605 B 24, en provenance de Colombo, Ceylan...QAB...

     

     

     

    -Vous êtes autorisés... 605 !

     

     

     

    -QED ?

     

     

     

    -Elle vous attend en début de piste 2... suivez la ! Terrain dégagé...bienvenue à l’île Maurice !

     

     

     

    Richard commença à descendre en bouclant la piste pour en prendre l'axe. Il frôla la cheminée de la raffinerie sucrière et la chaîne hôtelière en construction étirée le long du sabot de la baie.

     

     

     

    Diane et Anh Dào se réveillèrent au moment où les roues touchèrent la piste. Le petit avion ricocha quelques secondes et suivit la voiture pilote jusqu'au hangar métallique situé en bout du tablier. Un factionnaire administratif vérifia leurs papiers, tamponna quelques formulaires avec un sourire blasé et esquissa une politesse affectée inhérente à sa fonction.

     

     

     

    Lorsqu'ils quittèrent le T.A.C., ils marchèrent durant trois cents mètres. Parvenus au réservoir, Richard s'avança vers un homme endormi dans une charrette aux grosses roues de bois et tirée par une vache à bosse.

     

    -La casse.. ? dit-il en le secouant doucement.

     

     

     

    L'homme ouvrit un œil, maugréa et commença à se déplier en se réveillant. Lorsqu'il fut sur ses jambes, il se balança d'un pied sur l'autre puis, résolu, leva timidement sa casquette de base-ball et souhaita un « bonjour » d'un ton bourru, ce qui fit rire la petite Anh Dào.

     

     

     

    Il était grand et maigre... Il possédait une abondante chevelure noire et son visage mat indiquait qu'il pouvait avoir la quarantaine... et 90 % de sang indien dans les veines.

     

     

     

    -... la Casse ? répéta-t-il à moitié dans les vaps..puis, moi la Casse ! Oui patron !.... ?...

     

     

     

    Richard pensa qu'il avait sans nul doute flirté avec quelque alcool durant la veille pour être dans cet état euphorique.

     

     

     

    -Vous m'entendez ?...

     

     

     

    L'homme leva les yeux, l'aperçut enfin et hocha la tête.

     

     

     

    Rassuré, le reporter continua sur sa lancée.

     

     

     

    -Je suis le frère de Chris Desmond ! hurla -t-il...vous comprenez ?!

     

     

     

    Ti-Albert...c'était son nom...leva la tête, esquissa une grimace qui ressemblait à un sourire.

     

     

     

    -bonzour..ki manière. ?..

     

     

     

    -Mo bien...ou kose français ?

     

     

     

    -Oui..mossieur...mo parler Français !

     

     

     

    Sorti miraculeusement de sa léthargie éthylique, il les aida à monter dans le char et, prenant appui sur le timon, fit avancer l'animal amorphe d'un léger coup de scion.

     

     

     

    Durant le kilomètre qui restait à couvrir entre l'aérodrome et le village, Ti-Albert répondit aux questions que lui imposait Richard. C'est ainsi qu'il apprit comment Chris avait connu le Créole...une belle histoire d'amitié qui durait depuis deux ans.

     

     

     

     

     

     

     

    -Chris ! Si tu avertissais Richard de l'arrivée de notre bébé !...

     

     

     

    -Pas encore !...nous avons le temps...il ne doit venir qu'en août !

     

     

     

    -En juin !....répondit Moon

     

     

     

    -Quoi ?...

     

     

     

    -En juin. ! cria-t-telle..notre bébé ne doit venir qu'en juin ! ... comptes !.... je suis de deux mois...Alors ?

     

     

     

    Chris déplia ses doigts à la façon d'un enfant qui hante les salles de classe... et commença ....deux...trois....qu......huit...neuf ! mmm...exact ! Tu as raison ! en juin...pourquoi ais-je dit en août ?

     

     

     

    -tu pensais sans doute à une autre femme!...s'pas ? Fit-elle, taquine.

     

     

     

    -Ah oui...Tiens ... Pourquoi pas !...mmm...voyons...Krystal ?...non ! Tori ?...non plus ! Oui, peut-être bien Kimberley ! Répondit-il, jouant le jeu... connaissant Moon...dangereux.

     

     

     

    En effet, Moon partit au quart de tour...

     

     

     

    -Qui sont ces femmes !!!...que je leur arrache les yeux ! Jeta-t-elle, sournoise......

     

     

     

    A bord de l'Orchidée de mer, un fifty de vingt cinq mètres loué à Hawaï, la vie se déroulait ainsi, sans secousse, depuis trois semaines.

     

     

     

    Partis d'Oahu en début décembre, ils avaient fêté la nouvelle année à Sydney après deux semaines de mer. Le temps d'emmagasiner quelques provisions et ils repartaient en direction de l'Indonésie, passaient le détroit de Malacca et abordaient à Ceylan où ils avaient l'intention de rester une semaine. Janvier était là, une période idéale pour naviguer et profiter au mieux des beautés de l'île.

     

     

     

    Colombo n'était pas à proprement parler une ville pittoresque mais Chris et Moon n'en avait que faire. L' hawaïen qui les avait accompagnés avait attrapé une forte fièvre en traversant le chapelet îlien de La Sonde et ils avaient dû le débarquer d'urgence à Singapour. Il fallait le remplacer.

     

     

     

    Une fois ancrés au port, ils s'étaient mis à la recherche d'un bon marin désireux d'effectuer le voyage en aller simple jusqu'à l'île Maurice. Ils s'étaient rendus à la capitainerie. Un homme courtois les avait reçus. Le cinghalais était grand, de corpulence moyenne. Vêtu d'une chemisette kaki et d'un short anglais, il frisait la trentaine. Civilement, il les pria de s'asseoir.

     

     

     

    Chris exprima sa requête. L'homme réfléchit un moment puis, les regardant dans les yeux....

     

     

     

    -En effet...j'ai quelqu'un qui pourrait vous intéresser...c'est un bon marin...j'étais enfant qu'il exerçait déjà avec son père, un homme bon et loyal. Il est originaire de l'île Maurice et souhaite y retourner.

     

     

     

    -Mais...c'est excellent ça !...où....

     

     

     

    -Attendez ! Je n'ai pas fini ! ...c'est une excellente recrue...MAIS...

     

     

     

    -car il y a un mais.... ? ….souligna Richard

     

     

     

    -....sans gravité....venez !

     

     

     

    Ils suivirent un couloir étroit, passèrent une porte et aboutirent dans une salle de cinquante mètres carrés comportant...deux cellules.

     

     

     

    Richard tiqua.

     

     

     

    Dans l'une d'elles, il distingua une forme allongée sur un grabat en jute grossier. L'atmosphère était insoutenable, un mélange de moisi, d'alcool auxquels venaient s'ajouter des exhalaisons nauséabondes de crasse et d'urine.

     

     

     

    Le préposé tapa de ses clefs sur les barreaux.

     

     

     

    -La casse ! Lève-toi! tu as du beau monde qui vient te voir !

     

     

     

    -Ey !...ne me dites pas que c'est cet individu auquel je dois faire confiance ?

     

     

     

    -Attendez !...cet homme est parfaitement honnête !

     

     

     

    -c'est la raison pour laquelle vous l'avez enfermé...sans doute ? Ironisa Chris...

     

     

     

    --Non ! Ici, nous l'appelons la casse. La raison en est simple. Laissez moi vous expliquer. Si, après, il ne vous convient pas....vous pourrez disposer...je ne vous blâmerais pas...OK monsieur Desmond ?

     

     

     

    -OK !...mais soyez convaincant... fit Chris en regardant Moon.

     

     

     

    Cette dernière semblait compatir et montrait, comme à l'ordinaire, beaucoup plus de tolérance.

     

     

     

    -Son nom est Ti-Albert. Il a une trentaine d'années. C'est un excellent marin, courageux et honnête...mais comme vous avez pu le constater, il a un gros défaut....lorsqu'il est à terre et seulement, s'il n'a aucun engagement...il visite tous les bars du lieu où il se trouve. Résultat : ayant l'alcool difficile, il déclenche des bagarres mémorables. En une nuit, il peut dépenser toute sa paye...en libations ou en remboursement de la casse qu'il a occasionnée. Mis à part cela, je vous le répète...il est absolument sobre et très sérieux lorsqu'un contrat lui est offert ! Je me porte garant de cet état de fait !

     

    Maintenant...c'est à vous de décider.

     

     

     

    -Il y a longtemps qu'il est là ? Enfermé ?

     

     

     

    -trois jours !...

     

     

     

    -je m'en serais douté !...ça schlingue !

     

     

     

    -Pardon ?...

     

     

     

    -rien ! Laissez tomber ! Une expression occidentale !

     

     

     

    Chris réfléchit deux secondes, rechercha l'assentiment de sa compagne et à sa mine compatissante ....

     

     

     

    -Bon ! Je vais vous faire confiance...je veux bien l'engager...s'il est aussi bon marin que vous le dites...MAIS...car moi aussi, j'ai un mais....si j'ai le moindre pépin le concernant, je vous le renvoie...avec ma note de frais...si je dois payer les dégâts éventuels.....D'acc ?

     

     

     

    -D'accord ! ça marche ! laissez moi vous dire autre chose...qui va peut-être vous surprendre...Ti-Albert est comme un frère pour moi et si j'emploie des mesures aussi draconiennes à son égard...c'est pour le préserver, le soustraire à une calamité plus importante encore....aller au bout du désespoir...vous comprenez ce que je veux dire ?

     

     

     

    -Tout-à-fait...mais je prend quand même. Cette manière me paraît un peu esclavagiste mais l'idée d'être un philanthrope ne me déplaît en aucune manière...ça ne m'occasionne pas, comme à certains....de l'urticaire....répondit Chris en plaisantant.

     

     

     

    Et c'est ainsi que Ti-Albert entra au service du jeune couple. Le lendemain, en possession d'une gueule de bois carabinée, il s'était complaisamment offert de les guider à travers la ville pour une visite générale....sans passer par les bistrots !

     

     

     

     

     

     

     

    « AOUT 1963...L'Orchidée »

  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Mars 2015 à 04:29

    Bonjour Chrisdaniels, ton histoire est toujours palpitante ! Bon mardi, amitié

    2
    Mardi 31 Mars 2015 à 03:32

    Bonjour Chrisdaniels, j'attends la suite avec impatience ! Bon mardi !

    3
    Vendredi 3 Avril 2015 à 22:40

     

    c'est palpitant ce policier!! ... je reviendrai lire la suite!

    en attendant je te soughaite de bonnes fêtes de Pâques!  Amitiés!

    4
    Dimanche 5 Avril 2015 à 06:35

    Happy ester my dear friend

    l'ami Gégouska

    5
    Jeudi 16 Avril 2015 à 00:17

    Je me suis promenée et j'ai cueilli des fleurs ! J'ai vu des papillons et  dans le ciel

    le printemps avait mis plein de bleu.... Magique....

     

    Bisous de l nuit Chris. Anne.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Vendredi 17 Avril 2015 à 18:57

    Merci à tous pour votre commentaire. Merci à Muriel, Elena, Anne sans oublier l'ami Gégouska. Cela fait plaisir de ne pas se sentir oublié et que l'histoire vous plaise.

    Malheureusement, il y a un HIC. J'ai mis mon mot de passe et il m'a été refusé; Pourquoi ? je l'ignore aussi vais-je avoir du mal à publier la suite, celle-ci se trouvant actuellement sur mon blogspot.

     

    amitiés à tous. et bisous

    ChrisDaniels21

    7
    Lundi 20 Avril 2015 à 04:04

    Bonjour, je viens de rentrer hier. Je n'ai pas compris ton problème avec le mot de passe ? J'aime te lire , tu as beaucoup de talent ! Bon lundi, amiié

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :