• un plan d'enfer

     

    un plan d'enfer

     

     

     

     

    Gar et ses amis surent, en cet instant qu'ils pouvaient faire confiance à l'homme qui leur faisait face. Tant de sincérité et de loyauté envers le peuple ne pouvaient rendre un homme foncièrement mauvais. De toute manière, ils n'avaient pas le choix.

     

     

     

    -y-a-t'il un moyen pour parvenir, sans trop d'encombres au palais habité par En-Innim ?

     

     

     

    -En effet, il y en a un. Ce soir, les ruelles sont pratiquement désertes...car, récemment, des viols d'esclaves se sont produits et plus personne sinon quelques téméraires s'y aventurent. Pour ma part, je connais un passage, derrière la palmeraie située en amont du fleuve. Jadis, enfant, je passais le plus clair de mon temps à guetter la sortie des restes de repas pris par le lugal de l'époque ; il y avait souvent des quartiers presque entiers de gazelles laissés en pâture aux chiens errants afin qu'ils ne deviennent trop sauvages et, bien entendu, trop zélés et dangereux pour la cité. Au fil du temps, deux lugals se sont succédés et l'avant dernier avait fait murer l'entrée des cuisines, les odeurs nauséabondes du marais d'Al-Sin pénétrant jusqu'aux appartements royaux...Les ouvriers, à l'époque, avaient été payés en monnaie de singe et une nuit, un petit groupe d'entre eux muni de mailloches et de pieux, avant la ronde de la soldatesque, s'est évertué à y creuser un trou afin de permettre aux riverains du marais de participer au prochain festin royal. Hélas, la ronde les a surprit et les amenant au bord du marécage, les exécuta séance tenante. Ils ont pourri, les vautours en ont mangé les trois quart mais le trou n'a jamais été rebouché ! Entre temps, les cuisines ont changé d'emplacement et aboutées à la salle de garde, au nord de la ziggourat. A leur place, se trouve l'entrepôt de jarres et de poteries céramique. Lorsque la nuit aura l'apparence de jais, je vous y amènerai mais c'est très dangereux..... Le marais est le domaine des lions qui rôdent aux abords de la ville en quête de proies et le chemin de Hajji est patrouillé par des nomades démunis transformés en mercenaires pour se procurer des ânes, principales montures du désert....maintenant, pourrais-je vous poser une question ?

     

     

     

    -faites ! répondit Gar qui avait écouté le discours du prêtre avec attention.

     

     

     

    -Avez vous confiance en moi ?

     

     

    « La cerise et le coquelicotLe Festin »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Décembre 2015 à 16:26

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :